RSE

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) : qu’est-ce que c’est ?

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) également appelée responsabilité sociale des entreprises est définie par la commission européenne comme l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités et leurs relations avec les parties prenantes. Une entreprise qui pratique la RSE va donc chercher à avoir un impact positif sur la société tout en étant économiquement viable.

Considéré comme « Grand Événement », l’empreinte écologique et le développement durable sont au coeur des préoccupations du festival Les Escales depuis de nombreuses années. Aujourd’hui plus que jamais notre futur proche est directement impacté par l’action de l’homme sur son environnement.

L’association Les Escales s’engage sans consensus pour appréhender dès aujourd’hui avec conscience et conviction notre avenir commun.

NOTRE ASSOCIATION S’INSCRIT DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES DANS UNE DÉMARCHE RSE  :

> À chaque édition du festival nous mesurons et améliorons notre impact environnemental.

> En 2018, le festival a été labellisé par l’organisme A GREENER FESTIVAL

> En janvier 2020, nous avons signé la charte Drastic On Plastic, afin d’encourager et d’arriver à terme à la suppression des plastiques à usage unique sur notre événement.

> Nous collaborons avec le réseau éco-événement des Pays de la Loire

> Nous cherchons en permanence à nous améliorer et à utiliser des technologies et des énergies plus propres et le moins impactantes possible

> Nous collaborons avec le tissu associatif local en ouvrant les portes du festival à une dizaine d’associations locales qui participent au projet en proposant des stands de restauration. Les bénéfices résultant des ventes leur permettent ainsi de développer ou d’initier de nouveaux projets, de développer l’emploi au sein de leur association…

> Le festival, avec nombres d’événements en région des Pays de la Loire, à initié le  dispositif ICI C’EST COOL en collaboration avec le Pôle régional des Musiques Actuelles : Une campagne pour sensibiliser les publics sur une question qui agite beaucoup notre société, le respect de l’altérité, et prévenir ainsi les violences à caractère sexiste, raciste et homophobe lors des concerts. Cette action s’inscrit dans une politique commune de prévention des comportements inappropriés comportant de la formation, de l’information et une communication sur les valeurs portées par ces festivals que sont l’ouverture, la découverte et la convivialité.

> Nous collaborons le plus possible avec les entreprises locales ou régionales afin d’encourager l’économie locale et réduire l’impact des transports le plus possible.

Alors si un peu de lecture nous vous effraie pas trop et si vous souhaitez en savoir davantage, tout est précisé ci-dessous !

A GREENER FESTIVAL

LES ESCALES : LAURÉAT 2018 – A GREENER FESTIVAL AWARD

A l’été 2018, le festival LES ESCALES a été évalué par AGF (A GREENER FESTIVAL). https://www.agreenerfestival.com/

Le 18 janvier 2019, nous avons été informés que notre festival a été récompensé (avec 34 autres événements musicaux sélectionnés à travers 14 pays) pour notre engagement et les améliorations apportées pour un festival plus vert. WORK IN PROGRESS !

CITOYENETÉ

  • Depuis 2016, nous invitons l’association  SOS Méditerranée, qui vient au secours des migrants qui traversent la Méditerranée en bateau de fortune. Le navire Aquarius leur porte assistance lors de cette traversée dangereuse qui a fait de nombreuses victimes ces dernières années. Il est de notre responsabilité d’accompagner et soutenir ces projets humanitaires.
  • Nous sommes également attentifs à l’intégration des plus jeunes dans le monde du travail, c’est pourquoi nous collaborons avec l’OMJ (Office Municipal de le Jeunesse) afin de proposer des postes ou des projets qui ne demandent pas d’expérience professionnelle. Ces « nouveaux » salariés occupent  des postes de billettistes et d’accueil/contrôle en binôme avec des personnels déjà présents sur une précédente édition.
  • Le festival est aussi l’occasion d’accueillir des personnels en voie de professionnalisation via la Mission Locale par le biais de projets professionnels en lien avec le festival.
  • En complément des équipes salariées, près de 120 bénévoles contribuent à la réalisation de l’événement. Un noyau dur d’une quarantaine de personnes nous accompagnent chaque année. Il s’agit véritablement d’initiatives personnelles en vue d’apporter des plus-values singulières au festival et non pas d’occuper des postes indispensables à l’organisation et au bon déroulement de la manifestation. Selon les éditions et les motivations des équipes bénévoles, ils interviennent sur la scénographie, la mise en place de la signalétique (festival, partenaires), soutien à la restauration, accueil des festivaliers ou encore sensibilisation du public au développement durable.

Communication éco-responsable

Une communication écoresponsable

  • Dématérialisation de la communication au maximum: site web, application smartphone, push news, newsletters, réseaux sociaux
  • Billetterie dématérialisée
  • Communication papier limitée, ciblée et éco-responsable : papier recyclé ou éco-labellisé, recto verso, encres végétales, etc.
  • Privilégier les produits bios et issus du commerce équitable pour le merchandising ainsi que les impressions aux encres végétales

ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

  • Historiquement, la place du milieu associatif a toujours sous tendu les valeurs du festival, liées au mutualisme, au partage et au sens collectif. C’est dans cet esprit de cohérence et de complémentarité avec le secteur marchand que le Festival a institué cette règle du jeu qui soutient à la fois une économie locale importante et une économie sociale et solidaire également significative. Ces préoccupations se retrouvent bien évidemment au cœur du fonctionnement de notre conseil d’administration.
  • Comme énoncé plus haut, l’ensemble des services de restauration proposés aux spectateurs relève de l’économie sociale et solidaire. Dix à douze associations sont retenues selon des critères prenant en compte l’approvisionnement auprès de producteurs locaux et bios, favorisant les circuits courts ou issus du commerce équitable. Les associations répondent à un cahier des charges leur demandant de proposer des repas en lien avec le thème de l’édition ou sur des cuisines du monde. Elles doivent bien entendu respecter des normes sanitaires et de qualité d’accueil et de service. Il est en outre demandé de répondre à un cahier des charges « responsable» et de proposer une attractivité tarifaire qui puisse être à même de satisfaire les différents publics. Une priorité est donnée aux associations qui intègrent l’ensemble de ces données.
  • Nous pensons que l’associatif est une valeur réelle et forte et  l’éducation populaire une vertu. C’est en relation avec cette philosophie que le Festival privilégie l’accompagnement de la dynamique associative de la ville. C’est un choix et une volonté politique du festival.
  • Le Festival est ainsi  accompagné par une dynamique de 10 associations réunissant 800 bénévoles qui s’engagent aux côtés des valeurs et du projet artistique du festival. Ils se retrouvent aussi durant l’hiver pour travailler à l’édition suivante.

EMPLOI

  • Les Escales ont toujours privilégié la professionnalisation en salariant ses équipes : intermittents du spectacle et  vacataires. Il s’agit pour nous de proposer le meilleur accueil tant aux artistes qu’au public et pour se faire, nous faisons appel aux compétences de plus de 250 professionnels salariés par le festival.
  • En effet, notre rôle est également de privilégier l’emploi. Il nous semble être de notre devoir de réinjecter nos finances dans l’économie locale directe (salariat, prestataires, services…)

Empreinte écologique

En 2019, le festival Les Escales s’est donné pour mission d’accentuer sa démarche éco-responsable avec la collaboration de différents partenaires ressources ainsi que celles des festivaliers, bénévoles, artistes, techniciens et permanents de l’équipe des Escales.

  • Gestion de 11 flux de déchets (ordures ménagères, compost, recyclables, D3E, verre, carton, huiles de friture usagées, mégots, papier, bois, non valorisables)
  • Restauration : Approvisionnement des restaurateurs en légumes bio et en produits locaux. Les associations de restauration se sont engagées de proposer au moins un plat végétarien et d’utiliser de la vaisselle compostable. Mise en place de gobelets consignés avec Ecocup.
  • Sensibilisation du public, des équipes techniques et des artistes grâce à nos bénévoles DD et en collaboration avec Aremacs
  • Mise en place de toilettes sèches et également de toilettes sous vide
  • Investissement dans du matériel durable : scénographie, containers bars, signalétiques, outils de communication durable…
  • Création de plans de feux à base de LED
  • Encourager à la mobilité douce : vélos, covoiturage, train, bus…Limiter l’empreinte écologique du transport des personnes et des marchandises
  • Mise en place d’outils de suivi afin de pouvoir s’appuyer sur un véritable bilan et suivre les marges de progressions

ICI C'EST COOL

Les festivals contre toutes les violences

25 festivals des Pays de la Loire initient une campagne pour sensibiliser les publics sur une question de société, le respect de l’altérité, et prévenir ainsi les violences à caractère sexuel, sexiste, raciste et homophobe lors des concerts. Cette action s’inscrit dans une politique commune de prévention des comportements inappropriés comportant de la formation, de l’information et une communication sur les valeurs portées par ces festivals que sont l’ouverture, la découverte et la convivialité.

25 festivals des Pays de la Loire initient dans le cadre de leur politique de prévention, une campagne contre les violences à caractère sexuel, sexiste, raciste et homophobe. Cette campagne de sensibilisation, réalisée par l’agence Adamytes, à partir de créations de Marine Bouvier, bénéficie du soutien de la Préfecture des Pays de la Loire (Direction aux droits des femmes et à l’égalité) et de l’appui du Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire. Cette campagne s’inscrit dans une démarche globale.

La genèse

Les concerts sont des espaces de découverte et de fête propices à la rencontre. Depuis plusieurs années, des politiques de prévention y sont à l’œuvre pour réduire les risques liés aux comportements excessifs qui sont parfois associés à la fête. Elles permettent de toucher et de sensibiliser les nombreux publics qui fréquentent les évènements culturels tout au long de l’année, et en particulier durant la période estivale.

Récemment, en Europe et en France, des incidents, agressions et violences à caractère sexiste, raciste et homophobe, ont été observés. Reflets d’une société traversée par des phénomènes de repli, de défiance vis-à-vis de l’Autre et de parole dite « libérée », ces comportements sont apparus lors de manifestations culturelles qui semblaient jusqu’ici épargnées. Ces phénomènes ont alerté les organisateurs de festivals et de concerts des Pays de la Loire qui ont choisi d’y répondre, de façon préventive, afin de préserver leurs événements, comme espaces privilégiés de plaisir, de partage et de découvertes artistiques et culturelles.

« En tant qu’organisateurs d’évènements, dans le cadre du groupe de travail « Festivals » animé par le Pôle, nous nous sommes organisés depuis un an pour mettre en place une politique commune de prévention des comportements inappropriés et communiquer sur les valeurs qui font l’ADN de nos festivals : le respect de l’autre, l’ouverture à la diversité, la découverte et la convivialité » explique Thierry Bidet (Les Zeclectiques) lors d’une présentation de la démarche, dans le cadre d’une rencontre organisée par le Pôle au « festival Les 3 éléphants » à Laval.

Communication

Dès cet été, une campagne de communication sera menée en Pays de la Loire. Son objectif est de « sensibiliser les publics et les personnes présentes (artistes, prestataires, bénévoles…) aux comportements inappropriés, tout en communiquant sur les principes de respect et de bienveillance réciproques comme conditions sine-qua-non d’un plaisir partagé » précise Gérald Chabaud (président du Pôle). Le résultat attendu est une prise de conscience individuelle et collective, ayant pour conséquence de « bannir des festivals toutes agressions ou violences verbales notamment à caractère sexuel, raciste et homophobe ».

Au-delà des personnes présentes en festival, les réseaux sociaux devront également permettre de sensibiliser un grand nombre de personnes. « Les organisateurs de concerts (hors festivals) qui souhaitent s’associer à la démarche sont bien sûr invités à le faire » ajoute Gérald Chabaud.

Par ailleurs, cette campagne de communication sera articulée aux prérogatives de sécurité et aux autres actions de prévention des festivals. Des actions de formation à destination des équipes, bénévoles et prestataires (notamment de sécurité) ont été mises en place au printemps, avec le soutien financier de l’Etat (Direction aux droits des femmes et à l’égalité). Elles ont permis aux festivals de mieux appréhender le cadre juridique, ainsi que l’intervention auprès des victimes de ces violences.

LA RESSOURCERIE

Les Festival les Escales collabore depuis 2019 avec la ressourcerie culturelle en mettant à disposition des adhérents du matériel technique, des éléments de scénographie…

Qu’est-ce que la Ressourcerie Culturelle ?

  • La Ressourcerie Culturelle est née d’un constat simple : le milieu du spectacle regorge de matériels inutilisés. Plusieurs raisons à ce phénomène : le matériel n’est plus utile à la structure, il ne fonctionne plus, ou a été remplacé par un équipement plus récent.Partant de ce bilan, ses deux créateurs Damien et Nicolas se sont donnés pour mission de revaloriser le matériel son et lumière, les décors, les mobiliers et objets en tous genres récupérés ici et là. Dans une dynamique d’économie circulaire, La Ressourcerie Culturelle fonctionne à travers quatre étapes clés : la collecte, la revalorisation, la mutualisation, et le réemploi.La collecte consiste à aller chercher le matériel dans les différents lieux : festivals, salles de concerts, théâtres, radios, musées, cinémas, associations, locaux de répétition, compagnies, aucune n’y échappe ! Ce matériel est ensuite trié, réparé, upcyclé, c’est la deuxième phase : la revalorisation.
    Le matériel peut alors être mutualisé par plusieurs structures sans avoir à en gérer ni le stockage ni l’entretien.
    Enfin, le matériel est remis dans la boucle, il s’agit du réemploi. Il peut être loué ou vendu auprès de professionnels ou de particuliers. Quand il n’est plus fonctionnel, il est envoyé vers la filière déchet appropriée.À une époque où l’environnement est au cœur des débats, La Ressourcerie Culturelle propose une alternative écologique et durable. Elle interroge les pratiques du monde du spectacle avec la volonté d’impulser de nouveaux modes de consommation écoresponsables et collaboratifs. Elle s’est récemment installée au sein du Tiers-Lieu culturel Le Moulin Créatif en zone industrielle à Montaigu Vendée.Plus d’infos : www.laressourcerieculturelle.com

Réduction des déchets

Réduire, Trier et revaloriser les déchets

  • Tri et revalorisation des déchets sur site avec des collecteurs adaptés en collaboration avec Aremacs
  • Installation sur le site de la manifestation d’une signalétique incitant les participants à trier leurs déchets et sensibilisation à l’utilisation des dispositifs prévus pour leur collecte

Ressources énergétiques

Économiser les ressources énergétiques

  • Utilisation de projecteurs LED pour les scènes
  • Privilégier l’utilisation de produits et d’installations réutilisables et recyclables
  • Huile de friture des restaurants récupérées et recyclées.
  • Gobelets de boissons recyclables, lavés sur place
  • Scénographie réalisée à partir de composants recyclés  ou de décors de théâtre re-conditionnés

Restauration durable

Privilégier une restauration durable

  • Mise en œuvre d’une politique d’achats éco-responsables
  • Limitation de bouteilles d’eau en plastique
  • Plus de 10 points d’eau potable sont accessibles à tous les festivaliers sur le site du festival (Pensez à venir avec vos gourdes… vides bien-sûr)
  • Mise en place de gobelets consignés
  • Restauration à partir de produits locaux, de saison et issus de l’agriculture biologique ou du commerce équitable dans la mesure du possible.

Sensibilisation

Sensibiliser aux enjeux du développement durable

  • La communication sur la politique de développement durable mise en place par l’organisateur et l’intégration d’un volet Environnement sur son site Internet
  • L’information et la sensibilisation des salariés, des bénévoles, des entreprises sous-traitantes et du public aux enjeux du développement durable et à la démarche éco-responsable de l’événement

Toilettes sèches / Toilettes technologie sous-vide

  • Mise en place de 22 cabines en toilettes sèches avec Kahut Palace à la scène Espadon et scène Estuaire pour les artistes
  • 2 villages toilettes sèches pour le public
  • 90 cabines en technologie sous-vide (Usage de l’équivalent d’1/2 gobelet d’eau par passage)